Lancement du site libre-echange.info

La politique commerciale de l’Union Européenne se cache depuis des années derrière son opacité et sa complexité. La mobilisation contre le traité transatlantique TAFTA l’a pourtant remise sous les projeteurs, et a forcé les institutions à faire de minuscules concessions. Afin de continuer à éclairer et expliquer les traités de libre échange, Attac et l’Aitec lancent un nouveau blog : http://ift.tt/1JyRf5I.

L’actualité des différents accords de libre échange actuellement en cours de négociation (TAFTA, CETA, TiSA, APE) sera vue et commentée par Attac, l’Aitec et leurs partenaires. Des articles de veille, d’analyse et une rubrique de questions-réponses s’appliqueront à détricoter la complexité des politiques commerciales pour renforcer nos luttes.

from Attac France http://ift.tt/1JyRf5K
via IFTTT

Les plans de sauvetage de la Troïka au secours… des banques

Deux études menées par Attac Autriche révèlent que la majorité des fonds débloqués par les institutions européennes et le FMI pour renflouer les économies grecque et irlandaise a bénéficié au secteur financier.

Depuis le premier « plan de sauvetage » de la Grèce en mai 2010, plusieurs pays de la zone euro – l’Irlande (2010), le Portugal (2011), l’Espagne (2012) et Chypre (2013) – ont été contraints de passer sous les fourches caudines de la Banque centrale européenne (BCE), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Commission européenne – la « Troïka », en charge de superviser ces « aides ».

A chaque fois, la « potion amère » est la même : l’aide prend la forme de prêts de plusieurs dizaines de milliards d’euros, pour lesquels les pays contributeurs se portent garantie via le Mécanisme européen de stabilité (MES). Cette aide est conditionnée à des « réformes structurelles », censées permettre aux « patients » de retrouver un équilibre des finances publiques et la compétitivité : privatisations, coupes budgétaires, remises en cause du droit du travail… Selon les promoteurs de ces plans d’aide, ces sacrifices douloureux mais nécessaires sont le prix à payer pour sauver les pays – et leur population – guettés par la faillite. Deux études publiées par Attac Autriche prennent pourtant le contre-pied de ce discours : il s’agit en fait moins de sauver les peuples – qui paient le prix fort des mesures drastiques de la Troïka – que de sauver les banques…

Dans une première étude, Lisa Mittendrein étudie les 23 tranches de financement des différents « plans de sauvetage » de la Grèce, pour un total de 206,9 milliards d’euros. Ses conclusions sont sans appel :

  • 58,2 milliards ont servi à recapitaliser les banques grecques, au lieu de restructurer ce secteur et de mettre à contribution les actionnaires des banques pour éponger les pertes ;
  • 101,33 milliards ont servi à payer les créanciers de la Grèce. Ce qui signifie que ceux qui ont spéculé sur la dette grecque – dont les grandes banques françaises – n’ont pas eu à assumer les risques qu’ils ont pris : ils ont été remboursés aux frais des contribuables européens. En tout, près de 77 % des sommes débloquées pour le « plan de sauvetage » de la Grèce ont bénéficié directement ou indirectement au secteur de la finance… et certainement pas à la population grecque, écrasée par les mesures d’austérité.

Les politiques de la Troïka sacrifient les populations pour mieux servir les intérêts des grandes banques européennes

La seconde étude montre qu’il en est de même pour le « plan de sauvetage » de l’Irlande, pourtant présenté comme un « succès ». L’Irlande a reçu 67,5 milliards d’euros de prêts pour son renflouement depuis la fin de 2010, et elle a transféré un montant total de 89,5 milliards au secteur financier, dont 55,8 milliards pour les seuls créanciers du pays – parmi lesquels les grandes banques françaises. La situation économique et sociale de l’Irlande demeure désastreuse : stagnation économique, chômage…

Ces deux exemples illustrent le scandale des politiques de la Troïka, qui sacrifient les populations pour mieux servir les intérêts des grandes banques européennes. Il est désormais plus que jamais urgent d’imposer une véritable alternative écologique et sociale en Europe ; et pour ce faire, de s’attaquer au pouvoir démesuré de la finance.


<div

from Attac France http://ift.tt/1JyRbmF
via IFTTT

Lettre d’information n° 1 du comité d’organisation du FSM

La décision du Conseil international d’organiser l’édition du Forum social mondial de 2015, à nouveau en Tunisie a été prise lors de la réunion de Casablanca en novembre dernier. Elle répond à une demande formulée par les mouvements sociaux régionaux et internationaux. Après évaluation des impacts du Forum 2013 en Tunisie, ils ont estimé qu’il était encore nécessaire :

  • de consolider les dynamiques de changements issus de la révolution tunisienne et des mouvements démocratiques dans la région,
  • d’approfondir les débats sur la crise du modèle libéral et la crise civilisationnelle,
  • d’approfondir les débats sur les enjeux géopolitiques nouveaux,
  • de promouvoir des alternatives qui respectent le droit des peuples et qui soient fondées sur la paix et la justice sociale

from Attac France http://ift.tt/1JUUvGX
via IFTTT

À Saint-Etienne, un prêtre au tribunal pour avoir hébergé des demandeurs d’asile

À Saint-Etienne, un prêtre au tribunal pour avoir hébergé des demandeurs d’asile
By Sophie Chapelle

Prêter assistance à des personnes sans-abri est-il un délit ? La Cour d’appel de Lyon doit rendre ce 27 janvier sa décision concernant le prêtre Gérard Riffard. Ce dernier est poursuivi pour avoir hébergé des dizaines de demandeurs d’asile dans son église de Montreynaud, à Saint-Étienne. En première instance, le juge a reconnu l’« état de nécessité » : « Il est paradoxal que l’État poursuive aujourd’hui le père Riffard pour avoir fait ce qu’il aurait dû faire lui-même », détaille le jugement. Alors que le parquet (…)


Résister

/
,
,
,

January 27, 2015 at 08:30AM
via Basta ! http://ift.tt/1znoaZP

Ecrivains publics : un service d’utilité sociale pour un meilleur accès aux droits

Ecrivains publics : un service d’utilité sociale pour un meilleur accès aux droits
By Lisa Giachino (L’âge de faire)

Un dossier administratif à remplir, une lettre compliquée à écrire, un besoin de conseil pour la formulation d’un courrier… Dans le Gard et le Vaucluse, un « écrivain public à vocation sociale » vient en aide à ceux qui ont besoin d’un coup de main. Cet ancien journaliste a convaincu les collectivités locales de financer un service d’écriture publique. Car si l’accès aux droits passe souvent par l’écrit, le droit à l’écrit devrait être garanti pour tous, estime-t-il.

Cet article a initialement été publié (…)


Inventer

/
,
,

January 27, 2015 at 08:00AM
via Basta ! http://ift.tt/1y28TYd

LA CLAQUE. Vidéo: une journaliste de France 24 face à un diplomate palestinien

LA CLAQUE. Vidéo: une journaliste de France 24 face à un diplomate palestinien

LA CLAQUE. Vidéo: une journaliste de France 24 face à un diplomate palestinien

palestine gifMajed Bamya est un jeune diplomate palestinien francophone et francophile. Il était l’invité de la chaîne française France 24 pour répondre en direct de Ramallah aux questions de la journaliste Vanessa Burggraf. Un moment d’anthologie. Une volée de bois vert !

http://ift.tt/1zS8H3A

Lire la suite…

http://ift.tt/1zS8IobPartager via Gmail
Yahoo!
Google Bookmarks


Article original rédigé par Gerard Karageorgis et publié sur Sans langue de bois
Reproduction interdite sans autorisation

from Sans langue de bois http://ift.tt/1zS8Iof
via IFTTT